Fermer

Échinacée

Par
Gabrielle CREMER
-
4 septembre 2018
Echinacée
Nom latin
Echinacea purpurea
Famille
Astéracées
Provenance
Amérique du nord
Partie(s) utilisée(s)
La racine

L’Échinacée est principalement utilisée pour stimuler les défenses naturelles de l’organisme. Son utilisation est particulièrement recommandée en automne et en hiver pour affronter ces saisons sans problèmes. 

L’Échinacée est une plante herbacée reconnaissable à ses grandes fleurs pourpres, violettes, roses ou blanches, pouvant dépasser 1 mètre de hauteur. Ces fleurs entourent un cœur bombé, couvert de fleurs rigides et un peu piquantes, ce qui lui vaut le nom de « petit hérisson ». L’Échinacée appartient à la même famille que le Pissenlit (Astéracées).

Originaire d’Amérique du Nord, la racine d’Échinacée était très utilisée par les Amérindiens pour soulager une multitude de problèmes de santé, notamment pour son influence bénéfique sur les voies respiratoires. Il faut attendre 4 ans pour que la racine d’Échinacée soit suffisamment mature pour offrir le meilleur d’elle-même.

L’Échinacée, l’immunostimulant naturel

Les nombreux constituants de la racine d’Échinacée agissent en synergie pour renforcer la défense immunitaire de l’organisme. On trouve des polysaccharides qui protègent les cellules des agressions virales, des alkamides antibactériennes et antifongiques ainsi que d’autres composants anti-inflammatoires. Ces principes permettent notamment d’augmenter le taux de globules blancs et favorisent la synthèse de l’interféron, une molécule essentielle à l’immunité. Des études scientifiques récentes ont confirmé l’efficacité de l’Échinacée pour aider à renforcer les défenses de l’organisme, réduire le mal de gorge et l’écoulement nasal1.

Dénuée de toute toxicité et sans effets secondaires, l’Échinacée est une plante précieuse à prendre au début de chaque hiver pour se prémunir contre les infections à répétition telles que le rhume. Un extrait d’échinacée administré pendant 4 mois a permis de prévenir l’apparition des rhumes et d’en accélérer la guérison dans une étude2 en double aveugle contre placebo réalisée sur 755 volontaires. La Coopération Scientifique Européenne en Phytothérapie (ESCOP) considère également l’Échinacée comme « une thérapie complémentaire et préventive des infections respiratoires récidivantes ainsi que des infections des voies urinaires »3.

L’Échinacée est par ailleurs proposée pour favoriser la cicatrisation des plaies et soulager les irritations de la peau telles que les furoncles, les abcès ou l’herpès

L’Avis des Autorités de Santé :

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) place l’Échinacée dans sa liste A4 des plantes médicinales utilisées traditionnellement. 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Agence européenne du médicament (EMA) considèrent quant à elles comme « bien établi » l’usage de la racine d’Échinacée dans « la prévention et le traitement des rhumes et des coups de froid »5 sans dépasser deux semaines de traitement. Au-delà, l’EMA conseille la consultation d’un docteur ou d’un professionnel de santé. 

Précautions :

  • l’Échinacée est contre indiquée chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées ;
  • l’utilisation de préparations à base d’Échinacées est déconseillée chez les enfants âgés de moins de douze ans.

Cas pratique

Je souhaite me prémunir des infections hivernales. Que me conseillez-vous ?

Il est conseillé de faire une cure de 1 à 3 mois au début d’hiver ou lorsque l’organisme est soumis à des éléments extérieurs (stress, fatigue) qui pourraient affaiblir le système immunitaire. Vous pouvez associer la prise d’Échinacée avec le Pélargonium et le Sureau.

Je suis enceinte et souhaite prendre de l’échinacée pour me débarrasser de mon rhume. Est-conseillé ?

Il n’est pas conseillé d’utiliser les préparations à base d’échinacée et de sureau dans les infections respiratoires de la femme enceinte par manque de données scientifiques6.

Comment utiliser l’Échinacée ?

L’Échinacée s’utilise en infusions, en gélules, en extraits fluides, voire en pommades. Les pétales et les boutons de cette fleurs sont comestibles, notamment en salades.