Fermer

Femmes allaitantes : inciter la lactation

Votre bébé vient de naître et vous êtes résolument déterminée à l’allaiter. C’est tout à votre honneur ! Le lait maternel est ce qu’il y a de meilleur pour le nourrisson : riche en anticorps, il lui confère une protection contre les infections et les allergies. Il crée également une relation unique entre la mère et son enfant.

La lactation, un processus naturel qu’il faut stimuler

Déjà au cours de la grossesse, les seins se modifient et se préparent à l’allaitement, avec le développement des canaux galactophores par lesquels cheminera le lait. Après l’accouchement, le lait est produit automatiquement sous l’influence d’une hormone appelée prolactine. Une autre hormone, l’ocytocine, assure quant à elle son éjection du mamelon. Non entretenue, la production de lait se tarit progressivement, car la sécrétion de prolactine et d’ocytocine diminue. Pour stimuler la lactation, votre corps doit produire une quantité suffisante de ces deux hormones. À cet effet, il est essentiel que votre bébé tète le plus souvent possible, dès qu’il en manifeste le désir. Dès l’accouchement, le personnel de la maternité vérifiera aussi que votre bébé a une succion dite « efficace » et vous aidera à corriger la position de votre enfant au sein.

Les bonnes habitudes côté assiette

Votre lactation dépend de ce que vous mangez et buvez. Inutile pour autant d’adopter un régime particulier. Veillez simplement à avoir une alimentation saine et variée. Faites le plein de fruits et légumes, qui regorgent de vitamines et minéraux. Privilégiez les aliments riches en calcium, tels que les laitages et les sardines. La vitamine D est elle aussi essentielle pour la bonne santé des os de votre bébé. Vous en trouverez dans les œufs, le lait ou encore le beurre. Aucun aliment n’est strictement proscrit durant l’allaitement. Consommez de tout en quantités raisonnables. En revanche, si vous constatez que votre enfant est agité ou a des gaz après que vous ayez mangé un aliment particulier, évitez-le pendant quelques temps et reprenez-le après quelques semaines. Parmi les aliments problématiques figurent notamment les choux et les légumineuses.

Veillez à vous hydrater suffisamment. Le lait maternel est principalement composé d’eau et votre corps en aura fortement besoin durant l’allaitement. Ayez toujours une bouteille d’eau à portée de main. Pour évitez la monotonie, vous pouvez également boire des tisanes ou des jus de fruits.

Les petits plus pour stimuler la lactation

Allaiter son enfant demande beaucoup d’énergie. Pour vous assurer tonus et vitalité, il existe des produits naturels très secourables. C’est le cas du Pollen. Récolté par les abeilles, le pollen est un excellent stimulant général qui contribue à augmenter la résistance et la vitalité de l’organisme. C'est votre allié pour être en bonne forme lors de l'allaitement. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien. D’autres plantes sont connues pour favoriser la sécrétion lactée : le fenouil, l’anis vert et étoilé et le cumin. Elles peuvent être consommées sous forme de tisanes, tout au long de la journée. Des mélanges prêts à l’emploi sont commercialisés en pharmacie.

Ménagez-vous !

Il est essentiel de vous détendre et de vous reposer. Votre production de lait s’en trouvera augmentée. Laissez de côté les tâches domestiques non essentielles et n’hésitez pas à solliciter votre entourage pour faire le ménage. Lorsque votre bébé dort, profitez-en pour faire des siestes. Pour vous détendre, faites-vous couler un bain chaud ou écoutez de la musique douce. Le bien-être de votre bébé passe aussi par le vôtre.

Crédits & sources

 1 : Royal College of Midwives. Pour un allaitement réussi : Physiologie de la lactation et soutien aux mères. Elsevier Masson, 2003.

Gabrielle CREMER
Docteur spécialisée en pharmacologie clinique
Le Docteur Gabrielle Cremer est spécialisée en pharmacologie clinique, une spécialité qui s’intéresse au développement de nouveaux médicaments.