Fermer

Harpagophytum

Par
Gabrielle CREMER
-
4 septembre 2018
Harpagophytum
Nom Latin
Harpagophytum procumbens
Famille
Pédaliacées
Provenance
Sud de l’Afrique
Partie(s) utilisée(s)
Racine

L’intérêt de l’Harpagophytum dans le traitement de l’arthrose, des rhumatismes et autres manifestations articulaires douloureuses est universellement reconnu. En phytothérapie, on utilise ses racines latérales secondaires qui forment de gros tubercules riches en eau.

L’Harpagophytum, du grec Harpagos (qui signifie « grappin »), doit son nom à ses fruits pourvus de crochés recourbés. Il est plus communément appelé « griffe du diable » car il s’accroche au pelage des animaux qui se débattent alors frénétiquement en tous sens pour s’en débarrasser.

Originaire d’Afrique du Sud, les racines d’Harpagophytum étaient utilisées par les indigènes Bochimans et Bantous (Namibie) pour traiter les indigestions, la fièvre et les douleurs liées à l’accouchement. C’est un fermier allemand, qui au début du XXe siècle, après avoir observé les vertus de la plante sur un blessé de guerre, la découvrit et identifia l’espèce. Les racines d’Harpagophytum furent alors introduites en Allemagne et dans le reste de l’Europe. 

La Plante antidouleurs ! 

Les racines d’Harpagophytum sont riches en harpagosides et en procumbides. Ces deux composants possèdent une activité anti-inflammatoire et analgésique. Ils inhibent la synthèse des eicosanoïdes, substances impliquées dans la réaction inflammatoire.

Une étude1 réalisée en 2014, a eu pour but d’évaluer la pertinence clinique de l'efficacité d'un complexe de 3 extraits de plantes (Harpagophytum, Curcuma et Bromélaïne) dans le traitement de la douleur articulaire dégénérative. Ces trois plantes avaient auparavant démontré des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques dans le traitement de la douleur articulaire aiguë ou chronique. Il a été conclu que ce complexe de 3 plantes pouvait être une alternative valable et sure dans le traitement des troubles dégénératifs des articulations.

La Coopération Scientifique Européenne en Phytothérapie (ESCOP)  reconnaît également l’usage traditionnel de l’Harpagophytum dans « le traitement symptomatique de l’arthrose douloureuse, des douleurs lombaires, de la perte d’appétit et des troubles de la digestion ».

L’Avis des Autorités de Santé

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) place l’Harpagophytum dans sa liste A2 des plantes médicinales utilisées traditionnellement. 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît comme « cliniquement avéré » l’usage de l’Harpagophytum « dans le traitement des douleurs liées aux rhumatismes », et comme « traditionnel » son usage dans « la perte d’appétit, les troubles digestifs et les tendinites ».

L’Agence européenne du médicament (EMA) reconnait l’usage traditionnel de l’Harpagophytum « pour soulager les douleurs articulaires mineures, ainsi que les ballonnements, les flatulences et la perte d’appétit »3, en recommandant une durée maximale de traitement de quatre semaines (contre les douleurs articulaires) et de deux semaines (lors de troubles digestifs)

Précautions :

  • parce que l’Harpagophytum semble stimuler la sécrétion de sucs gastriques (au niveau de l’estomac), il est déconseillé aux personnes qui souffrent de reflux gastro-œsophagien ou d’ulcère de l’estomac.
  • l'usage de l'Harpagophytum est déconseillé aux personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, pendant la grossesse et l’allaitement ainsi que chez les personnes de moins de 18 ans.

Cas pratiques

Après mon entrainement, je ressens souvent des douleurs articulaires. Que me conseillez-vous ?

Si vous constatez des douleurs dans vos articulations après avoir fait du sport, il se peut que ce soit une inflammation. En cas de douleur persistante, consultez un médecin afin de connaître l’origine spécifique de ce trouble. Sur ses conseils, vous pouvez associer le Curcuma (en cas de crise aiguë) à l’Harpagophytum en traitement chronique afin de soulager ces douleurs articulaires.

Comment l'utiliser

L’Harpagophytum se présente sous forme de plante sèche, de gélules, d’extraits secs ou liquides, de gels, de crèmes ou de pommades.