Fermer

Des plantes pour soulager les effets secondaires de la chimiothérapie ?

Chimiothérapie et plantes

La chimiothérapie désigne l’administration de médicaments qui s’attaquent aux cellules cancéreuses, soit en les détruisant soit en empêchant leur multiplication. La chimiothérapie, l’un des traitements les plus utilisés contre le cancer peut engendrer des effets secondaires.

Les médicaments utilisés en chimiothérapie n’agissent pas seulement sur les cellules tumorales. Ils agissent également sur d’autres cellules de notre corps à renouvellement rapide, notamment celles de la moelle osseuse, du tube digestif et du foie. C’est précisément cette action qui est à l’origine de leurs effets secondaires : nausées, vomissements, fatigue, infections,…

Quelles plantes pour accompagner les chimiothérapies ?

Au vu des recherches actuelles, il n’existe pas de traitement à base de plantes qui nous permet de traiter ou éradiquer une tumeur maligne. En revanche, nous disposons de plantes qui peuvent accompagner les chimiothérapies, en contribuant à atténuer leurs effets secondaires.

Desmodium (Desmodium adscendens) : il s’agit d’une plante herbacée, qui pousse dans les zones équatoriales d’Afrique et d’Amérique latine. Par son action détoxifiante et protectrice sur le foie, le desmodium contribue au bon fonctionnement hépatique et aide le foie à faire face aux agressions extérieures (notamment au cours d’une chimiothérapie). 

Artichaut (Cynara scolymus) : originaire de la Méditerranée, cette plante herbacée est cultivée comme légume dans toute l’Europe occidentale. La feuille d’artichaut est traditionnellement utilisée pour faciliter les fonctions d'élimination de l'organisme et pour faciliter la digestion. À la différence du desmodium, l’artichaut ne peut être utilisé lors de calculs biliaires car il favorise l'élimination de la bile.

La feuille d'artichaut contient une substance amère et aromatique : la cynarine. En raison de sa grande amertume, elle est le plus souvent utilisée sous forme de préparations, telles que extrait sec, extrait fluide et poudre de plante. 

Gingembre (Zingiber officinale) : son efficacité sur le tube digestif est connue depuis longtemps. Le Gingembre est dynamisant, aide à faciliter la digestion et contribue à lutter contre les nausées. La plante est également destinée aux personnes sujettes au mal des transports.

Échinacée (Echinacea purpurea) : cette plante originaire d’Amérique du Nord n'a été introduite en Europe qu'au début du siècle. Elle destinée aux personnes souhaitant renforcer les défenses de leur organisme. Disponible sous forme de tisanes, de teinture mère ou de gélules, l'échinacée aide le système immunitaire à fonctionner normalement afin de se prémunir au mieux des agressions extérieures.   

Goji (Lycium barbarum) : La baie de Goji est utilisée par les Tibétains dans leur alimentation quotidienne. Elle est destinée aux personnes souhaitant retrouver énergie et vitalité. La vitamine C contenue dans les baies de goji contribue à réduire la fatigue.

Quelles plantes éviter en cas de cancer ?

Alors que certaines plantes sont recommandées pour accompagner les chimiothérapies, d’autres doivent être évitées.

Le dialogue avec votre médecin revêt ici une importance capitale. 

Curcuma (Curcuma longa) : alors que le curcuma est souvent cité pour son action préventive contre le cancer, il potentialise cependant les effets des agents chimiothérapeutiques, pouvant ainsi aggraver leurs effets secondaires. 

Pamplemousse (Citrus x paradisii) : la consommation du fruit ou du jus de pamplemousse devrait être évitée lors des chimiothérapies. Et pour cause : le pamplemousse interagit avec le métabolisme de nombreux médicaments au niveau du foie.

Les femmes atteintes de cancer hormonodépendant, tel que le cancer du sein ou le cancer de l’utérus, doivent éviter les plantes qui contiennent des phyto-œstrogènes, petites molécules qui imitent l’action des hormones féminines dans l’organisme. Font partie de ces plantes riches en phyto-œstrogènes : le soja et le trèfle rouge

Le saviez-vous ?

Des études récentes ont montré la supériorité du monde végétal dans la prévention du cancer. Parmi les super aliments, il convient de citer l’ail, l’oignon, le chou, le curcuma, le thé vert, les fruits rouges, la spiruline et le chocolat noir.

Gabrielle CREMER
Docteur spécialisée en pharmacologie clinique
Le Docteur Gabrielle Cremer est spécialisée en pharmacologie clinique, une spécialité qui s’intéresse au développement de nouveaux médicaments.