Fermer

Quelques astuces pour améliorer votre vision nocturne

Améliorer la vision nocturne

L’œil fonctionne comme un appareil photo en miniature: le diaphragme serait la pupille, les milieux transparents de l’œil seraient le système de lentilles, et la rétine serait la pellicule. La lumière traverse les milieux transparents de l’œil avant d’atteindre la rétine. Celle-ci est une membrane qui tapisse le fond du globe oculaire, sur laquelle se trouvent des récepteurs appelés cônes et bâtonnets.

Rôle des bâtonnets et des cônes

Ces récepteurs de l’œil contiennent des pigments : les cônes contiennent l’iodopsine et les bâtonnets contiennent la rhodopsine ou pourpre rétinien. Les bâtonnets sont très sensibles à la lumière. Ce sont eux qui sont activés dans l’obscurité. Ils vous permettent de voir les mouvements intervenant dans le champ visuel, mais ne vous permettent ni de voir les couleurs, ni d’avoir une vision précise. Les cônes interviennent uniquement en cas de forte luminosité. Il en existe différents types, qui permettent soit de voir les couleurs soit d’avoir une vision précise.

La vision nocturne 

La vision nocturne se caractérise par la disparition des couleurs selon l’expression « la nuit, tous les chats sont gris » : vous ne voyez qu’une nuance de gris. En effet, dans le noir, seuls les bâtonnets contribuent à la vision. La vision des détails s’atténue fortement. Par ailleurs, la visibilité des objets est meilleure en périphérie du champ visuel. Ainsi, pour voir un objet distinctement, il ne faut surtout pas le fixer ! La vision nocturne est assurée grâce à la rhodopsine, contenue dans les bâtonnets. La rhodopsine contient un dérivé de la vitamine A, le rétinal. Dans l’obscurité, la rhodopsine est intacte. À la lumière, elle subit des transformations qui permettent d’envoyer un message au cerveau pour qu’il perçoive la lumière. 

Lors du passage de la lumière à l’obscurité, par ex. lorsque vous entrez dans une salle de cinéma, vous ne voyez tout d’abord rien, puis votre œil s’adapte. C’est la rhodopsine qui permet de voir dans la pénombre. Altérée dans la lumière, elle doit se reconstituer, ce qui prend une vingtaine de minutes. Ainsi, pour assurer une bonne vision quand la luminosité est réduite, la quantité de rhodospine dans les bâtonnets doit être optimale, et il en va de même de sa capacité à se régénérer. Certaines substances, riches rétinal ou ses précurseurs, semblent être à même d’améliorer la vision nocturne. Focus sur la myrtille et le Ginkgo. 

La myrtille (Vaccinium myrtillus)

La myrtille est une baie sauvage de couleur noire-bleuâtre que l’on trouve dans les forêts de montagne et qui murit en juillet-août. La légende raconte que les pilotes de la Royal Air Force, lors de la seconde guerre mondiale, auraient constaté une amélioration de leur vision de nuit en mangeant de la confiture de myrtille et de la purée de carottes. 

Il est vrai que la myrtille contient des pigments de teinte rouge-violette, qui possèdent des propriétés bénéfiques pour les yeux et qui aident à améliorer la vision nocturne. La myrtille contribue ainsi à la sécurité de ceux qui conduisent de nuit..

Le Gingko (Ginkgo biloba)

Le gingko, le plus vieil arbre existant sur terre, est utilisé depuis fort longtemps en Chine pour favoriser un accroissement de la vigilance et de la mémoire. À l’instar de la myrtille, l’extrait de feuilles de gingko est riche en antioxydants. Il favorise la dilatation des vaisseaux sanguins et participent à une meilleure oxygénation du cerveau. Il est également utilisé en association avec la myrtille pour améliorer la vision nocturne. 

Si vous avez d’autres questions portant sur la vision nocturne, n’hésitez pas à en discuter avec votre pharmacien ou votre herboriste.

Le saviez-vous ?

Durant la seconde guerre mondiale, il était conseillé aux pilotes d'avions de manger des myrtilles pour améliorer la vision nocturne.

Crédits & sources

1 Canter PH, Ernst E. Anthocyanosides of Vaccinium myrtillus (bilberry) for night vision--a systematic review of placebo-controlled trials. Surv Ophthalmol. 2004 Jan-Feb;49(1):38-50.  http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14711439 

2 Ogawa K, Tsuruma K, Tanaka J, Kakino M, Kobayashi S, Shimazawa M, Hara H. The protective effects of bilberry and lingonberry extracts against UV light-induced retinal photoreceptor cell damage in vitro. J Agric Food Chem. 2013 Oct 30;61(43):10345-53. doi: 10.1021/jf402772h. Epub 2013 Oct 16. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24083563

3 Wang YS, Xu L, Ma K, Wang JJ. The protective effects of ginkgo biloba extract on cultured human retinal ganglion cells. Zhonghua Yan Ke Za Zhi. 2011 Sep;47(9):824-8. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22177130

4 Shim SH, Kim JM, Choi CY, Kim CY, Park KH. Ginkgo biloba extract and bilberry anthocyanins improve visual function in patients with normal tension glaucoma. J Med Food. 2012 Sep;15(9):818-23. doi: 10.1089/jmf.2012.2241. Epub 2012 Aug 7. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22870951 

Gabrielle CREMER
Docteur spécialisée en pharmacologie clinique
Le Docteur Gabrielle Cremer est spécialisée en pharmacologie clinique, une spécialité qui s’intéresse au développement de nouveaux médicaments.

Notre sélection santé au quotidien